Crying : acceptable at Grand Canyon

tumblr_ln15atn6UD1qkae66o1_1280Ainsi a parlé Ron Swanson, personnage de Parcs and Rec, une de mes séries préférées. Cette référence populaire fait suite à celles qui ont peuplé mon esprit lors de mon voyage à New York. Dans ma hâte de découvrir le Grand Canyon, je pensais ainsi à Ron Swanson, pour qui la beauté de ce lieu est suffisamment grandiose pour qu’il soit acceptable d’y verser quelques larmes. Mais j’avance trop vite : mon périple parental m’a d’abord amenée à redécouvrir San Francisco et Las Vegas.

Après avoir été trompés par le métro newyorkais, nous sommes arrivés juste à temps à l’aéroport de JFK pour notre vol vers San Francisco. Thomas quant à lui est rentré à Los Angeles depuis un aéroport différent, suite à une petite bourde de notre part dans la réservation de son billet. Bref, six heures plus tard, les parents et moi atterrissions à San Francisco.

P1070912SAN FRANCISCO

Cette ville qui m’avait déjà charmée en hiver est encore plus belle au printemps. Le ciel plus clair, le climat plus doux, les couleurs plus éclatantes… Cette fois, le rouge du Golden Gate Bridge ne se mariait plus uniquement aux bleus de la mer et du ciel, mais également aux verts de la végétation qui regagnait son terrain. Les nombreuses fleurs ajoutaient une touche quasi paradisiaque à l’ensemble du tableau, me faisant retomber amoureuse de la ville. Mes parents ont également beaucoup aimé San Francisco. Nous y sommes restés deux jours avant de nous envoler pour Las Vegas.

LAS VEGAS

J’ai surtout ressenti de l’indifférence lors de ma seconde visite de Las Vegas. Nous y avons passé une nuit (dans un hôtel vétuste au milieu du Strip, l’avenue principale) et une matinée, avant que Thomas nous y rejoigne. Les lumières agressives, les gens, souvent saouls, qui parlent fort, les attrapeurs à touristes qui tentent de vendre des places pour d’obscurs spectacles… Le charme de la découverte de l’automne dernier qui avait rendu Las Vegas plutôt intéressante à mes yeux avait disparu.  Je n’ai même pas pris de photos, trop préoccupée dans mon esprit par notre étape du lendemain qui allait enfin nous éloigner des villes et nous faire profiter de ce que l’Amérique a à offrir en matière de paysages grandioses…

P1070972GRAND CANYON

Le seul, l’unique, le célèbre Grand Canyon… Les mots manquent pour le décrire, et c’est d’ailleurs pour ça que tant de personnes viennent le visiter : pour avoir le souffle coupé, pour en perdre son latin. Nous y sommes arrivés au coucher de soleil, heureux de profiter des derniers rayons de lumière pour admirer la rivière Colorado serpenter entre les immenses falaises. Des gros nuages noirs s’amoncelaient doucement dans le canyon, ajoutant une dimension dramatique à une vue déjà troublante par l’immensité qu’elle dégageait.

P1070981Nous y sommes retournés le lendemain matin de bonne heure. Cette fois-ci, nous avons exploré la partie ouest du South Rim, à pied, pendant quelques heures. La pureté du ciel mettait en valeur les lignes déchirées du canyon. Notre promenade nous gâtait de nouveaux points de vue à chaque virage du sentier. Une nouvelle crevasse, une nouvelle couleur de roche, une nouvelle dimension de la profondeur… tout me réjouissait, et me faisait prendre conscience du caractère unique de ce lieu. Découvrir un paysage qui échappe à tous nos repères, c’est déroutant et fascinant à la fois. Le Grand Canyon nous raconte l’histoire de la terre, chaque couche de roche témoignant d’une époque que notre conscience humaine ne peut que difficilement envisager. C’est beau, quand la nature est hors de notre portée.

P1080039Le Grand Canyon est l’un des parcs nationaux les plus populaires des États-Unis. La foule grandissait au fur et à mesure que les heures passaient. Tout le monde était fasciné, les exclamations de surprise et d’admirations fusaient à chaque promontoire rocheux. Nous étions tous unis dans cette chance de pouvoir admirer ce que la nature a à nous offrir, et être témoin des secrets qu’elle garde encore.

MOJAVE PRESERVE

L’Ouest des États-Unis est une source quasi illimitée de magnifiques aberrations naturelles, de paysages que l’on n’aurait même pas imaginé exister. Sur le chemin du retour, nous sommes passés par la Mojave Preserve, l’un des nombreux parcs naturels de la région, avant de mettre le cap sur Los Angeles. Moins impressionnante que le Grand Canyon, la Mojave Preserve se caractérise tout de même par une rare concentration d’espèces végétales différentes, dont les Joshua Trees, et par des formations rocheuses originales.

P1080137P1080143

Après ces aventures, mes parents sont restés une petite semaine à Los Angeles, en suivant un programme de découverte moins intensif. Je leur ai montré quelques coins que je connais, mais j’ai aussi découvert des choses dans la ville. Grâce à eux il y a toujours cette étape lorsque je suis installée à l’étranger : l’étape « redécouverte » de la ville, via d’autres yeux. Cela fera l’objet d’un dernier article, moins dense que les précédents.

4 Replies to “Crying : acceptable at Grand Canyon”

  1. Merci pour ce bel article (et ces somptueuses photos – faut dire, avec la luminosité parfaite qu’il y avait ! -). Tu as pleuré, du coup, malgré tout ton bonheur au Grand Canyon ?

    1. Non, je n’ai pas pleuré ! Ça fait de l’effet c’est sûr, mais pas celui-là.

Comments are closed.