Dire au revoir

Dire au revoir, c’est toujours étrange. Faire ses adieux, ça fait prendre conscience de la dernière fois : la dernière fois que je parcours telle rue, la dernière fois que je vois cet élève, la dernière fois que je mange ce fruit, la dernière fois que j’achète du crédit pour ma carte de bus… J’ai tendance à trop identifier ces dernières fois, à m’attacher à de nombreux petits détails habituels qui, s’ils ne sont pas signifiants pris un par un, ont contribué à me créer un quotidien ici, à Cuenca.

Pour ce dernier article, je partagerai quelques-uns de mes derniers souvenirs, pas de récit d’excursion intéressante ou de découverte sympathique. Juste quelques photos :

LA ASUNCION

La Asuncion, ou « L’Assomption » en français, est une école dans laquelle j’ai donné des cours de février à juin. J’ai eu deux groupes, les petits (première image, 6-11 ans), et les ados (seconde image, 12-17 ans). C’était une expérience très chouette, j’ai adoré être immergée dans le contexte scolaire équatorien. Ces jeunes étaient très gentils, intéressés, et remplis d’une énergie extrêmement positive. Ces photos ont été prises lors de mon dernier cours à La Asuncion, chacun a tenu à écrire un petit mot au tableau.

PARQUE DE LA MADRE

Ce parc, juste à côté de chez nous et de l’Alliance, j’y suis passé un nombre incalculable de fois. L’animation du parc est l’une des premières choses qui m’ont plu à Cuenca : les enfants y jouent, les adultes se reposent ou font du sport, les ados s’amusent. Ce parc est très vivant, très ouvert, à la fois un lieu de détente mais également un lieu de passage, entre les escaliers qui mènent à la vieille ville et le stade de la partie plus moderne, où nous vivons. Bref, il n’a rien d’exceptionnel en soi, mais c’est l’un de mes repères préférés à Cuenca.

L’ALLIANCE

Je n’ai pas beaucoup de photos de l’intérieur de l’Alliance, hélas, mais en voici une qui me fait chaud au cœur : il s’agit de mon dernier repas avec ma classe du samedi, l’une de mes préférées depuis que j’enseigne à Cuenca. De 11 à 40 ans, c’est une classe de dix élèves débutants très sympathiques, qui ont le courage (tout comme moi – mais je suis obligée) de passer quatre heures entre quatre murs chaque samedi matin. Pour notre dernière classe, on a fait un petit repas à base de pizza-vin, sur fond de Jean-Jacques Goldman (certains en sont mordus depuis qu’on a travaillé sur « Tournent les violons » en classe). J’ai beaucoup apprécié ce moment.

TALICO – OÙ L’INTÉGRATION À LA CHINOISE

Le Talico est le meilleure restaurant chinois de la ville, découvert grâce à la prof de chinois de Thomas. Nous y sommes allés quatre fois (on aurait bien aimé y aller plus, mais il est loin), et avons progressivement fait connaissance avec la serveuse, Wanqing. Mais ce n’est qu’hier que nous lui avons mentionné notre prochain départ à Zhuhai, ce qui l’a enchantée. Elle nous a présenté à toute sa famille, nous a parlé en chinois de l’endroit où nous irons vivre, et nous a dit qu’on pourrait compter sur l’aide de certains amis à elle qui vivent là-bas. C’était super, j’ai vu ça comme une transition positive. J’avais déjà fait connaissance avec deux chinois à Cuenca, mais discuter de notre départ autour de quelques plats délicieux dans une rue fréquentée de Cuenca, ça avait quelque chose de rassurant, comme une bénédiction pour quitter cette belle ville et continuer vers d’autres horizons.

Oui, il y a beaucoup trop de plats sur la table pour deux personnes

C’est donc sur cette photo que je m’arrête, et que je laisse place à la Chine. N’oubliez d’aller me suivre sur le blog Mandareen (en cours de construction ! Merci à Yann pour le nom). Au revoir Cuenca, merci pour ces trois belles années !

2 commentaires sur Dire au revoir

  1. Quitter Cuenca… Cela doit être quand même difficile de s’en aller après presque 3 ans sur place et j’imagine très bien le petit pincement au cœur…et les larmes… Mais une nouvelle aventure vous attend bientôt 😉 et nous, on a hâte de vous revoir.💖 Bises

  2. Hyper émouvant du début à la fin, j’ai les larmes aux yeux pour vous.
    Belle permission de partir grâce à ce resto où votre gloutonnerie s’exprime ma foi déjà très bien en « chinois » !
    Merci Maureen, Merci l’Équateur ! *snif* Vive la Chine !

Comments are closed.