Quatre jours de fête

La semaine dernière, les fêtes de Cuenca ont battu leur plein de jeudi à dimanche. Toute la ville a profité des jours fériés, ou « feriados », pour célébrer 197 ans d’indépendance. Thomas et moi avons donc fait quelques promenades dans le centre pour voir cela d’un peu plus près, avec nos appareils photo à portée de main. Même si nous n’avons croisé ni défilé traditionnel ni manifestation religieuse, nos cinq sens ont été sollicités pour prendre le pouls de l’ambiance de Cuenca.

Premièrement, l’ouïe : à Cuenca, on sent que les habitants sont de sortie quand on entend depuis notre appartement de la musique (ou des bruits rythmiques s’en approchant) s’échapper du stade et du parc près de chez nous. Les Équatoriens ayant un problème avec le réglage du volume, on entend des basses lourdes et des voix aiguës au bord de l’extinction. Pour les fêtes de Cuenca, personne n’y a échappé : l’air sonore de la ville était saturé de concerts, mais aussi de musiques populaires que certains particuliers étaient soucieux de diffuser via leurs enceintes personnelles. Ça fait partie du charme de l’Équateur, cette cacophonie qui prend de l’ampleur et inonde l’air de Cuenca à chaque fête.

Le toucher : ce sens est indirectement satisfait par la vue. Pendant les fêtes de Cuenca, de nombreux artisans exposent leurs bijoux, accessoires et vêtements, et tout ce qui est fait de laine d’alpaga ravit le regard. Je n’ai pas pu résister : j’ai doucement frôlé un beau gilet dont l’étoffe a irrésistiblement attiré ma main… que j’ai retirée quand la vendeuse m’a annoncé son prix. Il y a trop de matières différentes dans tous ces étals : laines, cuirs, bois, métaux précieux… Merci à Thomas qui m’a offert un beau petit bracelet en cuir et en tissu coloré.

La vue : les couleurs sautent aux yeux, parce que l’artisanat de l’Équateur est porté à son apogée pendant les fêtes. Des vendeurs portent leurs tenues traditionnelles, des châles et couvertures bariolés flottent au vent devant les étals, des bijoux d’or et d’argent brillent de milles reflets derrière les comptoirs… Cuenca  est déjà très colorée en temps normal, et l’agitation des fêtes y apporte de nombreuses nuances qui, même si elles nous sont déjà familières, nous confortent dans notre environnement andin.

L’odorat : dans le centre ville de Cuenca, avouons-le, ça sent d’habitude les gaz d’échappement. Pendant les feriados, les gens marchent davantage, aussi les odeurs de voitures mal décrassées sont remplacées par celles des stands de nourriture amassés au bord de la rivière Tomebamba. Fritures, fromage fondu, hamburgers, empanadas, gaufres : on pourrait presque s’orienter à l’odeur pour trouver le petit commerce qui nous convient quand on a un petit creux.

Le goût : ce sens suit logiquement le précédent. Au cours de nos promenades, nous nous sommes laissés tentés par des petites préparations à tartiner à base de pois chiches et de courgettes. Bon, je confesse : nous sommes allés à la crêperie dimanche, au nez et à la barbe des échoppes de nourriture équatoriennes… (et les crêpes étaient délicieuses !!!)

Ce petit tour d’horizon des fêtes de Cuenca est à présent terminé. Je vous invite à jeter un œil aux photos ci-dessous, qui ne concernent pas uniquement ces festivités.

Nous ne sommes pas partis en voyage depuis septembre, mais nous attendons sagement les vacances de Noël, pour profiter des Andes Équatoriennes avec les parents de Thomas. Mon prochain article sera donc sûrement publié en janvier, soyez patients !

 

PS : il y a photo bonus à trouver, à savoir la vue depuis notre nouvel étage (oui, nous avons encore déménagé). Indice : Thomas est dessus.

3 commentaires sur Quatre jours de fête

  1. Muchas gracias por (para?) tu articulo sobre los feriados. Me gusta.
    cuenca ama el turismo consciente…
    vale!
    Espero conocer el pais como una turista consciente. He empezado a aprender espanol por eso.
    hasta luego

  2. Yann dit qu’on dirait la ville de « Tintin et les Picaros »… Euh…
    J’apprends 2 choses (oui, on n’a pas discuté depuis juillet/août : le déménagement et l’arrivée des parents de Tom, super !!!
    Magnifique ville, ça donne vraiment le sentiment de s’y sentir bien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *